Fims

  • 526x297 QhZ

     

     


    L’histoire du kiosque de l’esplanade remonte il y a près d’un siècle, le 2 septembre 1893 lors d’une assemblée, la société de développement de Nyon eut l’idée de placer un kiosque à musique sur la promenade des Marronniers. Une belle occasion se présentait à ce moment-là : on offrait à la société de développement un pavillon devant être construit pour une exposition horticole au prix modique de 300CHF.


    Carte postale datant du 9 juin 1901

    Le 7 octobre 1893, une séance de comité a lieu au château sous la présidence de M. Roux. Selon la lettre de la municipalité le projet est accepté. Le 17 juin 1894 à 3 heures précises, la société de développement de Nyon inaugura le kiosque de la promenade des Marronniers par un temps magnifique avec au programme le cœur mixte, « Léman », la fanfare, « la Concorde » et l’orchestre de Nyon. Le concert de ce dimanche fut un énorme succès ; c’est pourquoi depuis d’autres concerts ont continué à animer l’esplanade pendant quelques années.


    Affiche du concert du 17 juin 1894 et Carte postale datant du 9 juin 1901

    Le pavillon était construit en bois. Malheureusement avec le temps le pavillon perdit de la valeur même qu’en 1898 après des actes de vandalisme il fallut remplacer la serrure et refaire une partie de la clôture qui l’entourait. Puis avec les années le ciment remplaça le bois ce qui lui a ôta tout son charme. Depuis, seul le culte patriotique y trouve encore sa place.


    Les colonnes Romaines


    Les colonnes qui se trouvent actuellement sur l’Esplanade des Marronniers appartenaient à l’origine aux portiques semi-surélevés du forum, situé au centre-ville, construit vers 50 après. J.-C par l’empereur Auguste. Dès 1940, des fouilles dans l’enceinte du forum ont été effectuées et la découverte de l’area sacra ont permis de retrouver les trois colonnes du portique.


    Les colonnes Romaines, le 6 juin 2004

    En 1958, les colonnes ont été remontées sur l’esplanade à l'occasion du bimillénaire de la fondation de cette ville par Jules César. Et depuis, les colonnes dominent l’Esplanade des Marronniers.


    La naissance de l'association


    C’est en 1992 qu’une équipe se mobilise pour relever un défi : Animer une place tombée dans un silence profond ; et pourtant quatre membres fondateurs se sont lancés dans l’aventure. Un photographe (Dany Berger), un comédien (Jean-Paul Ursenbacher), un musicien (Francis Vanni), et un cuisinier (Christophe Decurtins), se sont associés dans l’idée de réaliser des spectacles sur l’Esplanade des Marronniers afin de la faire revivre. Une idée qui était contre l’avis de tous mais tout à fait réalisable.


    La vie de l'association


    Les dernières animations musicales de la Place des Marronniers remontaient au début des années soixante et depuis, la place n’était plus occupée que par des joueurs de boules et les propriétaires de chiens. La fête du premier août s’étant déplacée à Rive, seul restait sur la place le culte patriotique, et cela seulement en cas de beau temps.

    « Les discussions sur l’Usine à Gaz ont été nombreuses pendant la campagne. L’une d’entre elles, qui fit polémiquer Dany Berger et Francis Vanni, débouchera sur une réalisation intéressante. Une association s’est créée afin d’organiser des concerts-apéritifs sur l’Esplanade des Marronniers à Nyon, histoire de donner vie à cette place, vedette des cartes postales nyonnaises »
    (La Côte du 12 août 1993.)

     

    LE FILM - (23min en HD)
    Filmé en juillet 2012 à Nyon (VD/Suisse)

     
  • Maldives 2016 Jour 19 Joomla 100006

     

    Jour 20

    Voilà c'est la fin de ces 20 jours d'exploration des Maldives. Il est temps de voir d'autre horizon comme les Aurores Boréale, les grandes étendues de l'Australien, les grandes villes comme Shanghai ou l'Asie ancestrale et + si affinités. Un film sur les Maldives en HD et 4K sortira la semaine du  28 novembre 2016 sur notre site et sur les réseaux sociaux. @+

    Jour 19

    Nous arrivons dans notre dernier jour avant la direction sur Male avec un stop d'une nuit avant de repartir. Ce soir a été le soir du capitaine et de son village. Rien de tels de s'imprégner des coutumes locales avant le diner typiquement local aussi. Ils y mettent de l'art. Si nos exercions ressemblerait à celle-ci je voyagerai plus souvent en Suisse. En premier visite du village de Kandooma village de notre capitaine et place au diner.

    male_sud_1.jpgMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00003.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00002.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00005.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00004.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00009.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00008.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00007.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00006.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00014.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00013.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00012.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00011.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00010.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00015.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00020.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00019.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00018.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00017.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00016.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00054.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00053.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00052.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00051.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00050.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00049.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00048.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00047.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00046.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00045.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00044.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00043.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00042.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00041.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00040.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00039.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00038.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00037.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00036.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00035.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00034.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00033.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00032.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00031.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00030.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00029.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00055.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00056.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00021.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00057.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00058.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00060.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_100001.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_100002.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_100004.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_100005.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00061.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00062.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_00063.JPGMaldives_2016_Jour_19_Joomla_100006.JPG

    Jour 18

    Comme raconté plus haut ou plus bas :) il y a plusieurs choses à voir aux Maldives, la plongée de nuit au ressort d'Alimatha sur l'atoll Vaavu Atoll. On aime ou on n'aime pas car pour que les requins et autres visiteurs de nuit viennent tous les jours l'hôtel leur donne à manger. Un jour des requins plus gros et plus agressifs que les requins nourrisses viendront au festin et comme il y a vraiment beaucoup de monde...

     Maldives-2016-jour-18-Joomla_000020.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000019.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000018.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000017.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000016.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000015.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000014.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000013.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000012.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000011.JPGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000010.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000009.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000008.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000007.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000006.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000005.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000004.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000003.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000002.PNGMaldives-2016-jour-18-Joomla_000001.PNG

    Jour 17

    Après une bonne pause bien méritée avec des images plein les yeux nous arrivons dans la dernière phase de notre croisière. Après la grande traversée d'Ari Atoll à Vaavu Atoll, nous arrivons dans l'un des plus beaux sites des Maldives centre. La Mecque des plateaux de coraux et des napoléons. Nous retrouvons ici un biotope proche de saint john's en Égypte avec de belle mais moins grandes stalagmites de coraux et ces tortues si fientes de nourriture. Les requins sont toujours là mais moins les raies Manta.

    Maldives-2016-Jour-17-Maldives-2016-jour-17-Joomla000020.jpg Maldives-2016-Jour-17-Joomla-000005.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000004.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000003.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000002.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000001.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000019.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000018.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000017.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000016.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000015.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000014.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000013.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000012.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000011.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000010.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000009.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000008.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000007.PNGMaldives-2016-Jour-17-Joomla-000006.PNG

    Jour 15

    Il y a des jours avec et des jours sans. Ce matin premier plongée comme DAB beau, très beau même enfin ont étaient dans une passe pour voir des requins et on a vu plein de requins mais de loin. En remontant pour le petit déjeuner sur le planning il y avait marqué "Chasse aux requin-baleines" on sait tous dit que le capitaine voulait des vacances. Les heures passent le long du reef, le déjeuner arrive, pour une fois à midi pile... on navigue. Puis entre deux discussions voilà notre capitaine qui hurle "Requin baleine". Et nous voilà en train de prendre masques et tubas et de sauter sur un zodiac qui nous amène vers la plus belle des belles. Place aux images.

     Maldives_2016_jour_15_Joomla_000016.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000015.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000014.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000013.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000012.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000011.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000010.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000009.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000008.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000007.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000006.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000005.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000004.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000003.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000002.PNGMaldives_2016_jour_15_Joomla_000001.PNG

    Jour 14

    Dans une croisière aux Maldives il y a minimum deux évents, une île, deux spots obligatoires. Celui-ci en est un. Vivre la vie de bateau sous l'eau est assez sur réaliste. C'est un peu comme plonger dans un village englouti comme celui Capo d'Acqua en Italie. On vie autre chose, on ressent d'autres vibrations que ceux de la mer. Mais faut pas avoir peur des métaux coupants, des cavités pleines de limon, ce tout un peu proche de la spéléo. Ce retrouvé dans une cavité avec une seule sortie et plein de peuf autour de soi est un peu stressant. Mais cette épave-là est tranquille et est pour tout plongeurs.

    Maldives_2016_Jour_14_Joomla_001.jpgMaldives_2016_Jour_14_Joomla_019.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_018.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_017.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_016.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_015.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_014.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_013.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_012.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_011.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_010.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_009.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_008.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_007.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_006.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_005.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_004.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_003.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_002.PNGMaldives_2016_Jour_14_Joomla_020.PNG

    Jour 13

    Il y a une plongée voire deux où l'on ne fait rien. On plonge, suis le guide sur une 50ène de mètres puis le spectacle commence, ou a bien déjà commencé. On se met face au courant, on se croche avec un petit crochet avec environ 30 cm de Mou. On gonfle un peu sa stabe pour se stabiliser et on reste à 20m une heure à voir le balaie des raie Manta. Le must...

    Maldives_2016_jour_13_Joomla_0001.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0012.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0011.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0010.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0009.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0008.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0007.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0006.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0005.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0004.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0003.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0002.PNGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0020.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0019.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0018.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0017.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0016.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0015.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0014.JPGMaldives_2016_jour_13_Joomla_0013.JPG

    Jour 12

    Il y a des plongées qui faut vraiment faire mais qui ne sont pas données à tout le monde. Avoir peur de loin des requins, des serpents, des muraines voire des barracudas c'est une chose, mais de les voir la nuit en train de chasser, ça c'est autre chose. Imaginé que d'un seul coup vous frôle un poisson qui fuit des barracudas qui chasse ou soudain un requin qui se trouve en face de vous et qui fait semblant de pas vous avoir vue. Ça c'est le fun à l'état pur que bien des personnes évitent. C'est un peu de la psycho, être en face de sa peur et de l'affronter. On en ressort tout grandit.

    Maldives_2016_jour_12_Joomla_001.jpgMaldives_2016_jour_12_Joomla_020.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_019.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_018.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_017.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_016.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_015.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_014.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_013.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_012.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_011.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_010.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_009.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_008.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_007.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_006.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_005.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_004.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_003.PNGMaldives_2016_jour_12_Joomla_002.PNG

    Jour 11

    Il y a des événements qui ne sont pas marqués dans les programmes de plongée. Il y a la soirée que l'équipage fait aux hôtes du bateau et la fête du capitaine. Sur les différentes croisières il y a des styles différents. Aujourd'hui sur une plage de sable fin d'un atoll, l’équipage nous accompagne dans une nuitée gastronomique à la façon des Maldives avec je l'avoue un certain savoir-faire. Place aux images.

    Maldives_2016_Jour_11_Joomla_001.jpgMaldives_2016_Jour_11_Joomla_020.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_019.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_018.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_017.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_016.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_015.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_014.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_013.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_012.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_011.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_010.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_009.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_008.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_007.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_006.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_005.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_004.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_003.JPGMaldives_2016_Jour_11_Joomla_002.JPG

    Jour 10

    En bateau, plongez sur les plus beaux sites des Maldives

    Incontestablement, la meilleure façon de découvrir les plus beaux sites consiste à faire une croisière plongée aux Maldives. Aux balbutiements du tourisme aux Maldives, les plongeurs embarquaient à bord de dhoni locaux pour des safaris plongée. La croisière était alors le seul moyen pour pouvoir plonger sur des sites différents et variés en dehors des hôtels proches de Male. Les conditions de confort étaient rustiques mais l'expérience authentique. Il fallait dormir sur le pont ou dans une grande cabine dont les couchettes étaient séparées parfois par des rideaux. L'eau douce était réservée à la cuisine et à la boisson, il fallait donc se laver à l'eau de mer. Les compresseurs et les blocs étaient embarqués sur le même dhoni, imaginez le bruit pendant le gonflage.
    Désormais, les bateaux de croisières plongée ont évolué vers des bateaux confortables. Ils sont généralement équipés de cabines doubles avec air conditionné et cabinet de toilette privé. Certains sont même de véritables hôtels flottants !
    La plongée est organisée depuis un dhoni accompagnateur qui embarque les blocs, le matériel et le compresseur. Le calme est ainsi préservé à bord du bateau principal.
    Les croisières plongées aux Maldives s'adressent plutôt à des plongeurs expérimentés car les plongées sont techniques, elles ont souvent lieu dans le courant. Nos équipes à bord peuvent assurer l'encadrement pendant les plongées, mais il est possible que selon votre niveau, vous ne puissiez effectuer toutes les plongées.
    La croisière vous garantit d'être souvent les premiers sur les sites de plongée. Une croisière plongée vous permet surtout de couvrir une plus grande variété de spots de plongée en un temps record. Vous pourrez visiter plusieurs atolls pendant la même croisière, et selon les plannings, vous pouvez concentrer les plongées sur une zone moins courue, comme dans le Grand Sud ou le Grand Nord par exemple.

     

    baa.jpg

    Jour 9

    Un peu de pub :)

    Le nom des Maldives est associé depuis quelques décennies à une mer aux eaux turquoise, à des plages de sable blanc, des atolls coralliens, et des fonds marins sublimes. Paradis touristique, de nombreuses îles de l’archipel sont transformées en hôtels, et il est très difficile d’accéder au reste du territoire sans un permis spécial.

    Vous découvrirez tout d’abord la capitale, Malé, petite et calme, avec ses mosquées, son grand bazar et ses salons de thé, et ses hôtels et restaurants abordables pour les visiteurs indépendants. Tout au sud, l’atoll d’Addu abrite Seenu, qui est la deuxième ville de l’archipel. Elle est très influencée par l’ancienne présence anglaise.

    Les amateurs de plongée trouveront les meilleurs spots sur les trois atolls proches de Malé : Ari, South Malé et North Malé. Vous aurez le choix entre la plongée avec palmes et tuba pour explorer les fonds marins peuplés de merveilles, ou la plongée avec bouteilles si vous avez envie de voir de près raies et requins. Fuamulaku, isolée de l’archipel et ne faisant pas partie de la zone touristique, constitue cependant une curiosité des Maldives : son sol fertile donne lieu à des cultures complètement absentes des autres îles, comme les ananas, les oranges et les mangues.

    Hormis la plongée et le farniente, vous aurez assez peu d’autres distractions : la pêche sportive au gros est pratiquée assez couramment, il existe de beaux spots de surf, et la plupart des hôtels possèdent un centre de remise en forme où massages et autres soins du corps vous seront dispensés.

    Les fonds marins sont les plus grandes attractions des Maldives, avec des paysages aux magnifiques coraux, qui font le bonheur des plongeurs et des amateurs du monde sub-aquatique. D’ailleurs, presque toute la richesse florale et animale des Maldives se trouve au fond des mers.

    Sur terre ferme, l’archipel des Maldives ne possède pas beaucoup de faune, à part les chauves-souris, qui semblent constituer l’espèce animale la plus répandue. Les sites de plongée sont de ce fait très nombreux, environ une centaine recensée dans tout l’archipel qui proposent chacun des offres et services très alléchants. Parfois, ce sont les hôtels eux-mêmes qui proposent aux clients leur propre site, et fournissent ainsi tous les accessoires de plongée nécessaires. Avec un tarif convenable, les plongeurs pourront alors aller tout au fond des océans, pour admirer des milliers d'animaux certains merveilleux : comme les tortues de mer, les dauphins d’autres insolites et uniques au monde, et tout cela dans les fonds marins qui s’offrent à eux tels un aquarium géant en version naturelle.

    Le surf est également une des grandes activités de l’archipel. Sur les nombreuses et magnifiques plages, le surf devient plus qu’un loisir et constitue un extrême moment de détente.

    Maldives_2016_jour_9_Joomla_0020.JPGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0019.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0018.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0017.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0016.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0015.JPGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0014.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0013.JPGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0012.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0011.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0010.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0009.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0008.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0007.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0006.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0005.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0004.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0003.PNGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0002.JPGMaldives_2016_jour_9_Joomla_0001.JPG

    Jour 8

    Cette année, nos plongeurs sont venus en masse avec des Go pro. Elles sont difficiles à manier car elles sont en mode automatique. Mais il y a aussi du traditionnel avec des Sony, Nikon réflexe qui elles avec le caisson approprié donne de superbes images. Images que l'on retrouvera dans un petit film d'une demi-heure je pense. En attendant ce beau film place aux prises de vues des plongeurs et les images, vidéos que je leur dédie. Ils font du bon boulot sous l'eau et notre caméraman est lui plutôt discret sous l'eau. En primeur la pieuvre aussi belle que grande.

    Maldives_jour_8_Joomla_0020.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0019.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0018.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0017.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0016.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0015.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0014.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0013.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0012.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0011.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0010.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0009.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0008.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0007.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0006.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0005.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0004.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0003.JPGMaldives_jour_8_Joomla_0002.PNGMaldives_jour_8_Joomla_0001.JPG

    Jour 7

    Enfin un peu de design dans le fond marin. Les coraux commencent à prendre forme. Toujours un peu les mêmes poissons toujours des requins qui se baladent, des raies Manta qui plane, juste le fond marin qui change un peu. C'est un peu comme les atolls, de loin elles sont les mêmes mais en y regardant de plus près elles dégagent une atmosphère particulière. Chaque groupe d'atoll une ile locale habitée par des Maldiviens avec, selon la grandeur, magasin, chantier naval, épicerie et bien sûr boutique pour les touristes des ressorts alentour. Et chaque capitaine a une famille qui habite dedans. Ce qui fait que plus vous naviguez avec un capitaine différent plus vous verrez du paysage.

    Maldives__2016_jour_7_Joomla_0019.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0018.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0017.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0016.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0015.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0014.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0013.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0012.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0011.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0010.JPGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0009.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0008.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0007.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0006.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0005.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0004.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0003.PNGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0002.JPGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0001.JPGMaldives__2016_jour_7_Joomla_0020.PNG

    raa.jpg

    Jour 6

    Il y a des animaux qui comme le dauphin attendrissent les personnes. Ça se déplace lentement, ça adore le corail et c'est mignon. Je nommerais Mme La Tortue. C'est le seul animal je connaît, mais j'en oublie surement, que je voie sur la terre et sous l'eau. Hein une baleine dans le jardin ça prend trop de place. Oups les bulles font leurs effets :). Donc journée tortue au milieu de plein d'autres comme les raies, les muraines, les coraux mous et Nemo. Plus tous ceux qui passent trop vite de peur de se retrouver dans les sites web. Une journée comme on aimerait qu'elle soit éternelle. Mais l'accumulation d'azote fait que ce n'est pas trop possible en non-stop.

    Maldives-Jour-6_Joomla_0014.JPGMaldives-Jour-6_Joomla_0010.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0009.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0008.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0007.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0006.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0005.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0004.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0003.JPGMaldives-Jour-6_Joomla_0002.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0001.JPGMaldives-Jour-6_Joomla_0020.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0019.JPGMaldives-Jour-6_Joomla_0018.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0017.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0016.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0015.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0013.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0012.PNGMaldives-Jour-6_Joomla_0011.PNG

    Jour 5

    Lors de voyages je n'ai jamais vu autant de bien-être que lors des croisières en plongée. Jamais de disputes ou de conflits. Rien que du partage et même si des fois il y a de la déception chez certain, la joie de vivre sous l'eau l'emporte. Une bien belle leçon de vie que chaque personne devrait vivre et partager avec son entourage. C'est vrai c'est un sport à risques mais seulement pour ceux qui ne respectent pas la vie sous-marine. Aujourd'hui pas de photo mais une vidéo des 5 jours pour mieux s'imprégner de l’immersion qu'est-ce beau sport.

    noonu.jpg

    Jour 4

    Un des désavantages des croisières, c'est la l’oisiveté entre les plongées. Réveille à 6h30, briefing, 7h00 départs première plongée. Retour environ 1h00 après est déjeuné. Puis pause jusqu'à 11h00 et rebelote. Puis repas de midi et pause. A 15h00 on remette le couvert le tout au son de la cloche. Donc on a 3 heures à meubler. Il y a ceux qui digèrent l'azote, ceux au nitrox qui papotent mais tous on se refait le film des plongées. Sauf pour les plongées de nuit vers 18h00 où l'on mange plus tard le soir. Il paraît qu'il y a un resort qui nourrit les requins au milieu des plongeurs. C'est une des plongées à faire au milieu hostile des requins et autres amateurs de nourriture gratuite. On verra ça un autre jour. Il y a aussi des épaves et des stations de nettoyages. Que de mots qui nous font saliver.

    Maldives-4ème_jour-Joomla_0020.JPGMaldives-4ème_jour-Joomla_0019.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0018.JPGMaldives-4ème_jour-Joomla_0017.JPGMaldives-4ème_jour-Joomla_0016.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0015.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0014.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0013.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0012.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0011.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0010.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0009.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0008.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0007.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0006.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0005.JPGMaldives-4ème_jour-Joomla_0004.PNGMaldives-4ème_jour-Joomla_0003.JPGMaldives-4ème_jour-Joomla_0002.JPGMaldives-4ème_jour-Joomla_0001.JPG

    Jour 3

    L'avantage des croisières avec un bon bateau c'est que le capitaine peut naviguer quand il veut, sauf lorsque l'on mange. Mais en règle générale on dort près d'un atoll. Lhaviyano Atoll notre lieu pour ces deux jours. Sur un bateau on mange comme des rois. À part les Antilles où on était dans des Bangalos et Nama Bay qui est une pension sans restauration juste le petit déjeuné, le reste du temps nous étions dans des All inclusive avec un club de renommer dedans. Mais la nourriture en Égypte est assez grasse et manger trop de graisse lubrifie les intestins. Mais sur un bateau mangé de l'espadon, à midi ou le soir, péché la veille c'est un délice suprême qu'aucun restaurent peut vous offrir. Bon au resto on choisit, là on mange. Tout se passe comme prévu, que du bonheur et de la bonne humeur.

    lhaviyani-Joomla-020.JPGlhaviyani-Joomla-019.PNGlhaviyani-Joomla-018.PNGlhaviyani-Joomla-017.JPGlhaviyani-Joomla-016.PNGlhaviyani-Joomla-015.PNGlhaviyani-Joomla-014.PNGlhaviyani-Joomla-013.PNGlhaviyani-Joomla-012.PNGlhaviyani-Joomla-011.PNGlhaviyani-Joomla-010.PNGlhaviyani-Joomla-009.JPGlhaviyani-Joomla-008.PNGlhaviyani-Joomla-007.PNGlhaviyani-Joomla-006.PNGlhaviyani-Joomla-005.JPGlhaviyani-Joomla-004.JPGlhaviyani-Joomla-003.JPGlhaviyani-Joomla-002.JPGlhaviyani-Joomla-001.jpg

    Jour 2

    Toujours aussi beau même quand on y retourne plusieurs fois. Progression vers le nord de KAAFU avant la traversée. On a commencé la plongée en 2006 et cela fait 10 que nous plongeons chez ALBATROS Productions. Joyeux anniversaire. Les caraïbes, l'Égypte, la mer Méditerranée et le lac Leman toutes de belles destinations avec un écosystème bien différent. Mais là où tout converge c'est bien les Maldives. À part quelques poissons exotiques propre aux Antilles, visuellement en retrouve de tout. Le Raie Manta en est bien sûr ça particularité mais bon pas de poisson lune non plus :) .Impossible de mettre toutes les images mais un petit film en fin de semaine et un grand film à la fin. Bon surf à vous toutes et tous..

    Male-Nord-2-Joomla_0027.JPGMale-Nord-2-Joomla_0026.JPGMale-Nord-2-Joomla_0025.JPGMale-Nord-2-Joomla_0024.JPGMale-Nord-2-Joomla_0023.JPGMale-Nord-2-Joomla_0022.JPGMale-Nord-2-Joomla_0021.PNGMale-Nord-2-Joomla_0020.PNGMale-Nord-2-Joomla_0019.JPGMale-Nord-2-Joomla_0018.JPGMale-Nord-2-Joomla_0017.PNGMale-Nord-2-Joomla_0016.PNGMale-Nord-2-Joomla_0015.PNGMale-Nord-2-Joomla_0014.PNGMale-Nord-2-Joomla_0013.PNGMale-Nord-2-Joomla_0012.JPGMale-Nord-2-Joomla_0011.PNGMale-Nord-2-Joomla_0010.PNGMale-Nord-2-Joomla_0009.PNGMale-Nord-2-Joomla_0008.PNGMale-Nord-2-Joomla_0007.PNGMale-Nord-2-Joomla_0006.PNGMale-Nord-2-Joomla_0005.PNGMale-Nord-2-Joomla_0004.JPGMale-Nord-2-Joomla_0003.JPGMale-Nord-2-Joomla_0002.JPGMale-Nord-2-Joomla_0001.JPG

    Jour 1

    Nous commencerons par une définition : Les Maldives, en forme longue la République islamique des Maldives, sont un pays d'Asie du Sud constitué de 1 199 îles, dont 202 habitées, situées à environ 451 kilomètres au sud de l'Inde.

    Pendant ce mois de novembre on va vous faire un petit voyage sous l'eau pour vous faire découvrir ce beau pays. Nous omettrerons de mentionner les endroits car les spots changent tout le temps, un jour on voit un requin-baleine un autre jour des requins, et un bon capitaine de bateaux navigue au gré de son instinct.

    Mais nous commençons notre exploration par le nord des Maldives. Place aux images.

    male_nord-Joomla-001.jpgmale_nord-Joomla-032.JPGmale_nord-Joomla-031.PNGmale_nord-Joomla-030.JPGmale_nord-Joomla-029.PNGmale_nord-Joomla-028.PNGmale_nord-Joomla-027.PNGmale_nord-Joomla-026.PNGmale_nord-Joomla-025.PNGmale_nord-Joomla-024.PNGmale_nord-Joomla-023.PNGmale_nord-Joomla-022.PNGmale_nord-Joomla-021.PNGmale_nord-Joomla-020.PNGmale_nord-Joomla-019.PNGmale_nord-Joomla-018.PNGmale_nord-Joomla-017.JPGmale_nord-Joomla-016.PNGmale_nord-Joomla-015.JPGmale_nord-Joomla-014.PNGmale_nord-Joomla-013.JPGmale_nord-Joomla-012.PNGmale_nord-Joomla-011.JPGmale_nord-Joomla-010.JPGmale_nord-Joomla-009.JPGmale_nord-Joomla-008.PNGmale_nord-Joomla-007.JPGmale_nord-Joomla-006.JPGmale_nord-Joomla-005.JPGmale_nord-Joomla-004.JPGmale_nord-Joomla-003.PNGmale_nord-Joomla-002.PNG 

  • SBetSR

    Nom
    Sébastien Boucher , Serge Richon
    Pays
    Suisse
    Activité principale
    Danseur
    Genre
    Hip-Hop

     

    10 ans après leur première collaboration au sein du crew "Last Tribe", Sebastien Boucher et Serge Richon se retrouvent pour un show exclusif alliant house dance et popping. Des mouvementsbrutes et saccadés du popping à la fluidité de la house dance, les deux danseurs explorent avec finesse et talent, toute la richesse de la danse hiphop."

    Sébastien Boucher
    Il débute la danse Hip Hop dans les années 90. Etabli à Paris, il devient danseur professionnel et enchaîne les collaborations avec diverses compagnies et intègre l'univers de la télévision (dont "Bigdil"). On le voit danser aussi pour les plus grands noms du R'n'B européen (Mis-Teq, Willy Denzey,...). Il s'affirme aussi dans le milieu Hip Hop en participant à des battles internationaux (Juste Debout, Total Session,...).  Actuellement il voyage dans le monde entier pour participer à divers évènements (battle, workshops,...). Il est également l'un des acteur principal du mouvement Hip Hop à Genève et partage ses connaissances avec tous ceux qui le souhaitent. En 2008, il crée "Afflux", création programmée par l'ADC à Genève.
     
    Serge Richon
    Avant d’être danseur Serge pratiquait la box thaïlandaise ce qui lui a valut le titre de double champion du monde en box thaïlandaise de 2000 à 2002. Serge s’est formé dans la danse en Europe et aux Etats-Unis. Grâce à ces voyages il a eu l’occasion de rencontrer de grands danseurs reconnus tels que Skeeter Rabbit, Junior Boogaloo, Popping Pete, Whalid, Bryan Green. Il a gagné 2 fois le championnat Suisse, vainqueur de totale session 7 etc. Serge possède un style basé sur le popping et le boogaloo mais pratique aussi le hip-hop et la house dance. Le travail effectué avec Serge est basé sur la technique, l’apprentissage de différents styles de Hip-hop, l’écoute de la musique, le freestyle et la création.
     
    LE CONCERT -  (9min du concert en HD)
    Filmé le 12 Novembre 2011 au Festival Hip Hop Communes-Ikation qui c'est tenu à Onex (GE/Suisse)
     
    A LA SUITE DU SHOUHAIT DES DEUX DANSEURS LA VIDEO N'EST PLUS ACCESSIBLE.
     
    DOMMAGE
  •  Nom 
    Youssef Soukouna
    Naissance
    20 avril 1981 (30 ans) à Paris
    Pays d’origine
    France, Sénégal
    Activité principale
    Rappeur, ex-Footballeur
    Genre musical
    Rap, Hip-Hop, R'n'B
    Années d'activité
    Depuis 2004
    Labels
    G-Huit
     
     
    Sefyu, de son vrai nom Youssef Soukouna, est un rappeur français d'origine sénégalaise né le 20 avril 1981 à Paris. 
    Résidant à Aulnay-sous-Bois (« cité des Emmaüs »), en Seine-Saint-Denis, Sefyu fait carrière dans le milieu du hip hop français au début des années 2000 après avoir tenté une carrière de footballeur.
     
    Biographie
    Sefyu a longtemps joué à haut niveau au poste d'ailier gauche. Il a ainsi foulé les pelouses du prestigieux centre de formation d'Arsenal (Londres). En 1998, il s'installe pendant deux mois à Londres pour effectuer des essais. Malheureusement il se blesse grièvement au genou et Arsenal le renvoie à Paris.
     
    Membre du groupe « NCC » (Natural Court Circuit) et du collectif « G-Huit », il s'est fait connaître en collaborant avec Rohff sur l'album La Fierté des nôtres, sorti en juin 2004.
    Il collabore avec d'autres rappeurs français tels que Moystaff du bengale, Nemesis, Ritmo, ou La K-Bine (pour les albums) mais aussi Passi, Sniper ainsi que La Fouine et Daddy Lord C (pour les prestations scéniques). Sefyu a également participé auxFrancofolies de La Rochelle en 2001.
     
    En 2009, il sort un street CD intitulé Molotov 23 et mixé par Kore et Skalp.
     
    À cause de son père qui ne voulait pas qu'il fasse du rap étant jeune, il se montre rarement sans une casquette, qui cache une petite partie de son visage, son front et ses yeux, l'aidant à ne pas se faire reconnaître devant les médias. Cependant, bon nombre de photos et de vidéos le montre à visage complètement découvert, comme lorsqu'on enlève le cd de son album "qui suis-je" par exemple.
     
    En avril 2006, Sefyu sort son premier album Qui suis-je ? (disque d'or) avec 18 titres aux textes combatifs, dont La vie qui va. Le style particulier de Sefyu se caractérise par sa voix sombre mais surtout par ses expressions caractéristiques : « Crrr! », « Senegalo Ruskov (molotov) », « Crouille », « Ta gova », « Undercova (Undercover) » et <<mister cric cric>>. Sefyu laisse la parole à des chanteuses de R&B comme dans Un point c'est tout et composé avec l'aide de Zaho, Sana et Mina s'expriment tour à tour pour dénoncer le manque de respect de certains fils envers leur mère. Il multiplie ses apparitions notamment sur les albums de Humphrey sur le titre Pour mon peuple, Krys et sur la compilation Hostile 2006. Il réalise aussi un featuring avec Medine intitulé « Syndrome de Stockholm » la même année.
     
    Son titre Lettre du front,qui dénonce la guerre et la souffrance des familles, sur l'album de Kenza Farah fut produit en 2007. Le clip sorti début 2008 le révéla au public R'n'B de Kenza Farah. Sefyu réside actuellement a Toulouse, ville dans laquelle il compose la plupart de ses morceaux. En parallèle à sa carrière musicale, Sefyu continue d’être employé à la Reynerie comme animateur social dans les quartiers défavorisés. Le 12 mai 2008 il sort son deuxième album "Suis-je le gardien de mon frère ?" qui entre numéro 1 des top albums en France dès la première semaine avec 13 362 exemplaires.
     
    Porté par le single Impressionnant Molotov 4. Plus tard l'album sera certifié disque d'or (112 000 exemplaires Vendu)
    La nuit du samedi au dimanche 1er mars 2009, Sefyu remporte la victoire de la musique dans la catégorie Artiste ou groupe révélation du public.
     
    Son troisième album studio, "Oui, je le suis", est sorti le 17 octobre 2011.

     

    LE CONCERT -  (15min du concert en HD)
    Filmé le 12 Novembre 2011 au Festival Hip Hop Communes-Ikation qui c'est tenu à Onex (GE/Suisse)
  • SHALOLIN

     

    Des voix, que des voix pour une performance sans instrument.
    Shaolin Beat Masterz est un groupe composé de 4 beatboxeurs de haut niveau.
     
    Nino.G :
    1ere Convention mondiale de beatbox Londres 2003.
    Convention de beatbox New-York 2004.
    Organisateur du 1er championnat Suisse 2004. Boxcon Londres 2008.
     
    Goldmouth :
    Champion Suisse 2004.
    Figuration dans le film de Malik Chibane « Voisins voisines » 2005 

    Keumart :
    Double champion Suisse 2008/2010

    Speaker B :
    Urban Peace 2001, 1er Afura, Assassin 2009, figuration dans le film de Malik Chibane « Voisins voisines » 2005

     

    LE CONCERT -  (13min du concert en HD)
    Filmé le 12 Novembre 2011 au Festival Hip Hop Communes-Ikation qui c'est tenu à Onex (GE/Suisse)
  • Willaxxx

    Nom
    Williams Diop
    Naissance
    Bagneux
    Pays d’origine
    France
    Activité principale
    Comédien
    Genre
    Humoriste/imitateur
    Labels
    Samy La Famille

     

    Williams Diop est un rigolo qui aime le hip hop et qui le happe à sa façon. Sarcastique et caustique, Willaxxx comme on l’appelle, est un comédien qui s’amuse à nous faire marrer avec des vidéos mettant en scène ses multiples personnages issus de la culture guetto (et surtout pas Guetta) : La Belette est sa version perso de La Fouine, Kainri James (Kery James), Beta 5.20 (Alpha 5.20), des portraits satiriques justes et souvent fidèles où le comique accentue les gimmicks de ces MCs du moment. Pour illustrer deux des imitations, voilà un extrait d’une des vidéos de la saga Ma Définition (du rap français).
     
    Et puis au-delà de la saga des saynettes filmées qu’il diffuse depuis l’année dernière, Willaxxxa aussi fait un petit tour sur scène, c’était au Divan du Mondeà Parisen mai dernier, mais bon… On ne le connaissait pas à l’époque, alors on n’a pas pu vous prévenir, désolé ! On va tenter de se rattraper avec une vidéo de la prestation du 13 mai 2011, le moment où il nous fait Sefyu, ou plutôt S.F.
     
    Au final, j’ai bien peur qu’un jour Willaxxxse prenne une patate dans le menton à force d’égratigner les teigneux du hip hop, mais à voir les vidéos qui traîne ça et là sur le net, les rappeurs l’aiment bien en général (à part peut-être le Roi Heenok, mais lui il ne compte pas.) Cependant il est facile d’imaginer Booba froncer les sourcils à la vue de cette parodie avec le personnage de Boobiet de son clip, Célibataire à VieWillaxxx verse quelques rires dans le flot d’un rap français qui se prend souvent trop au sérieux, alors pourquoi lui en vouloir ?

     

    LE CONCERT -  (9min du concert en HD)
    Filmé le 12 Novembre 2011 au Festival Hip Hop Communes-Ikation qui c'est tenu à Onex (GE/Suisse)
  • dsc 0025

    Shooting au Maldives organisé en 2013 avec le concours de Dive Explorer 

     

     
     
     
     
     
     
     
  • DSC00036

    Shooting et reportage au Sri Lanka organisé en 2013

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
  •  
     
    Pour cette année nous avons décidé de faire honneur au premier Lundi du Paléo et au concert de Robbie Williams
     
    Au menu :
     
    - Photos des artistes 
    - Photos d'ambiance
    - Un remix fun pour ceux qui n'ont pas pu voir le concert de Robbie Williams soit 1 heure du concert du Paléo version Youtube.
     
     
    Notre film du Lundi (HD)
     
    Notre remix du concert de Robbie Williams qui pour ceux qui l'ont manqué leur donnera surement envie d'y aller. (Mix HD & SD)
  • DSC00036

     

     L’abstraction est un concept récurrent dans la peinture contemporaine.

    Film du shooting lors de l'events à Carouge.

     

     
  •  

    Biographie détaillée de Sam Seale

    Son enfance - Dublin

    Sam Seale est né en 1962 à Ballyfermot, Dublin.

    Sa carrière musicale a commencé le jour où il est né. Il se souvient avoir écouté la radio dans la cuisine et chanté pour sa petite sœur dans le berceau de bois rose qui avait servi pour toute la famille et qui avait été peint en bleu pour l'arrivée du prochain bébé. Il écoutait les chansons et en apprenait les paroles. Plus tard, sa petite radio à piles lui permit d'écouter Radio Luxembourg sous les draps, alors qu'il était sensé dormir. Il avait 12 ans lorsqu'il fit l'acquisition de sa première guitare, achetée à un voisin et payée au fil de nombreuses semaines. C'était une Ibanez strat et qu'il en était fier !
    Avec ses copains Gerry et Damo, ils eurent l'idée de monter un groupe; Gerry fit l'acquisition d'une batterie, Damo d'une guitare et d'un ampli ; il prit même des cours de guitare !
    Leur groupe fut baptisé « The Webb ». Chacun se mit à s'entraîner avec assiduité, dans le but de bien maîtriser son instrument.
    Sam n'avait pas d'ampli mais son père réussit à brancher sa guitare sur le vieux tourne-disques qui trônait au salon. C'est à ce moment-là que, suite à une dispute, Damo et Gerry décidèrent de ne plus s'adresser la parole, ce qui provoqua la mort du groupe. Sam en eu assez de jouer "Don't play your rock and roll to me", il rendit la guitare à son précédent propriétaire et reçu même son argent en retour. C'était la fin de sa carrière, pour le moment.


    Son adolescence - Glenbeigh
    C'est à Glenbeih, Co Kerry, qu'il reçut sa première semaine de paie, avec laquelle il acheta une guitare pour 5 punts, une paire de Levis et la cassette de « Bat out of Hell »; être à nouveau propriétaire d'une guitare était un signe prometteur pour lui, signe qu'il devait persévérer dans cette direction.
    Il apprit à jouer dans sa petite chambre et se joignit rapidement aux musiciens qui se produisaient dans le Towers et le Glenbeigh Hotel. Un jour qu'il se trouvait à Dublin, il en profita pour acheter sa première guitare neuve et commença à écrire des chansons. Il passa deux ans à Glenbeigh, qu'il considère comme deux des plus belles années de sa vie !
    En 1979 il se rendit à Londres où il voulut faire la manche mais ses petites économies s'épuisaient rapidement et faire la manche ne rapportait rien. Il décida de partir pour Paris, où il s'acclimata très rapidement et la manche dans le métro lui permit rapidement de vivre un quotidien assez agréable.
    Il se trouva un coin à St Lazare pour jouer et, sa journée terminée, il allait « Chez Léon », petit bistrot de quartier où il se rend encore aujourd'hui, à chaque fois qu'il se trouve à Paris. Là-bas, les pièces récoltées étaient comptées et échangées contre des billets. Les jours qui ne rapportaient pas, il mangeait de la soupe aux oignons avec des croûtons et du fromage, ce qui le calait jusqu'au lendemain.
    Le jour de l'élection de François Mitterrand à la présidence française, le 11 mai 1981, il partagea la liesse populaire et se souvient de la meilleure « street party » qu'il ait jamais connue ! Le lendemain, il prenait le train pour gagner Genève, ville où il réside depuis.

    En Suisse - Genève
    Il découvrit rapidement un petit bar dans lequel les étudiants irlandais des écoles hôtelières se retrouvaient et il s'y produisait presque tous les soirs (la bière la moins chère de Genève, à l'époque) après avoir fait la manche dans la Vieille Ville.
    Un soir, alors qu'il se trouvait au Postillon (aujourd'hui le « Post Café ») en train de jouer, Francie Conway et son amie Mona Clover entrèrent ; Francie Conway lui demanda s'il pourrait jouer avec lui.... C'est ainsi que débuta l'amitié de toute une vie entre eux trois, Mona étant devenue la femme de Francie. La carrière de Francie vraiment pris de l'essor en 1982 et Sam se retrouva le bras droit d'une star du rock.
    Il passa les trois années suivantes aux côtés de Francie et de son entourage, rencontra toutes les personnes qui gravitaient à l'époque dans le monde de la musique, personnes qu'il retrouverait quelques années plus tard.
    Alors qu'il faisait la manche dans la Vieille Ville de Genève, une fille lui demanda de jouer « The Streets of London » pour elle, contre un whiskey... puis un deuxième. Elle s'appelait Monique et devint sa femme quelques années plus tard; leurs deux fils Sean et Bryan ont 20 et 18 ans ujourd'hui.
    A la même époque, Chris White (The Zombies), producteur de Francie Conway, recommanda à Sam d'aller en Angleterre pour y enregistrer quelques-unes des ses chansons avec un ami à lui, John Verity (Argent). C'était la fin de sa carrière de musicien des rues.
    Au printemps 1986, Sam se trouvait au studio de John Verity « Somewhere in Yorkshire », à quelques kilomètres du centre de Leeds. Ils s'étaient déjà rencontrés en Suisse l'année précédente, lors d'un festival. Alors que John lui demandait ce qu'il voulait faire dans son studio, Sam lui dit « une démo de deux de mes chansons ». John avait répliqué, avec beaucoup de sérieux « Si tu veux faire une démo, tu n'es pas à la bonne adresse ! Ici nous faisons des disques ! »
    Son premier disque "Things can only get better" sortit en Suisse en été 1986. Ce single fut bien accueilli par le milieu et ouvrit de nouvelles portes pour Sam qui, enfin, était engagé pour se produire.
    Les nouvelles circulent vite dans le monde des musiciens des rues et Sam devint rapidement un héros local. Les musiciens du coin se demandaient bien qui ferait partie de son groupe. Sam, qui se produisait en solo, ne pensait pas encore à cette question.
    Après avoir joué avec un groupe qui n'était intéressé que par le fait que Sam avait sorti un single en anglais, Sam fut contacté par un musicien genevois qui était un vrai fan de John Verity et qui rêvait de le rencontrer. Ils décidèrent rapidement de travailler ensemble et répétèrent quelques-unes des compositions de Sam, avec le projet d'enregistrer un album. Sam aimait beaucoup le son de ses chansons, tout était très différent et beaucoup plus excitant que de faire la manche !

    Les débuts de Blacklist
    En 1987, ils se rendirent dans le Yorkshire et enregistrèrent quelques chansons, ce qui leur permit d'obtenir de nombreux engagements. Ce duo marchait très bien et, une année plus tard, il retournèrent chez John Verity pour enregistrer les dernières chansons d'un album.
    "Five" sortit en 1989 et maintenant que les concerts s'alignaient, le groupe "Sam Seale Band" fut formé. Tout se passait vraiment bien pour Sam, qui se retrouvait avec des musiciens membres d'autres groupes, qui enregistraient souvent ; seul bémol, Sam était le seul à parler anglais.
    Il écrivit les paroles de deux albums pour deux membres du groupe en 1991 et 1993. A cette époque-là, Sam avait écrit de nombreux titres, que le groupe jouait régulièrement. Un directeur fut engagé et, avec la démo d'un prochain album, signa avec le label « Dino Records » pour les marchés suisse, allemand et autrichien.
    Parce que le groupe ne voulait pas se produire en tant que « Sam Seale Band » il fut baptisé « Blacklist » ce qui s'avéra être la pire erreur jamais commise par Sam Seale.
    Le single "Nightmare" et l'album "Blacklist" sortirent en 1993. "Nightmare" se retrouva rapidement dans les charts suisses et tout semblait aller pour le mieux...
    Un jour, alors que « Blacklist » était invité à se produire à Dortmund, dans le nord de l'Allemagne et que Sam, très excité par cette perspective, contactait les membres du groupe, personne ne voulut le suivre, pour des prétextes futiles. Sam se rendit alors seul à Dortmund et en revint son rêve brisé et, surtout, le contrat dissout. C'était la fin de « Blacklist », nom prémonitoire...
    Ce coup porté à la carrière ascendante de Sam le força à se produire seul à nouveau, pour des cachets peu élevés. Il se produisait seul ou accompagné de différents musiciens, selon les possibilités financières et les déboires rencontrés avec « Blacklist » l'ont hanté pendant de nombreuses années.

    La Music Business School
    « A quelque chose malheur est bon »... au printemps 1997, Sam découvrit "The Rock College" de Ballyfermot (Dublin) où son ami Francie Conway donnait des cours de musique.

    De retour en Suisse, Sam fit le bilan de sa carrière, de la carrière de nombreux musiciens qu'il avait côtoyés au fil des années, il suivit un cours de « management » et tout devint clair : il ouvrirait une école comme celle de Ballyfermot en Suisse, pour permettre aux jeunes artistes d'éviter les écueils qui lui avaient coûté si cher !
    Le 31 juin 1997, Sam ouvrait la « Music Business School » à Nyon, enfin débarassé de ses vieux démons !
    La vie de Sam devint alors très remplie ; pendant une soirée qu'il passait dans un pub avec un ami anglais, le guitariste John Wolloff, Sam lui parla de son projet de nouvel album et John lui proposa de le faire avec lui.
    Sam et le Sam Seale Band

    L'album "Wigan Pier", qui contient une chanson co-écrite par le frère de Sam et une chanson de Kevin Flynn, qu'il joue souvent, sortit en 1998 et Sam se retrouvait à se produire avec le « Sam Seale Band ».
    Le groupe, composé uniquement de musiciens professionnels qui entouraient Sam, se produisit dans de nombreux festivals et pour de vrais concerts. Sam était actif sur plusieurs fronts, à écrire des chansons, à mettre sur pied un festival pour les étudiants de son école, à jouer aux Etats-Unis. Cette année-là, il écrivit les paroles de l'album "Cambodia" de Bonny B., un de ses élèves.
    Au fil du temps, alors qu'il jouait en solo ou en duo, il jouait souvent des chansons et de la musique irlandaises; de plus, il avait écrit assez de titres pour faire un album exclusivement composé de chansons irlandaises. Il avait également rencontré quelques musiciens qui jouaient de la musique irlandaise et notamment un de ses étudiants, David O'Doherty, jeune violoniste irlandais déjà très réputé. Les autres musiciens étaient Christine Regard au violon et Jacques Van der Val, qui peut souffler et/ou taper sur toute sorte d'instruments à vent ou de percussion. Jacques joue toujours avec Sam aujourd'hui.
    Ils enregistrèrent l'album "Story's" en janvier 2000, premier album produit par Sam. Les titres de l'album, qui a rencontré un grand succès, sont toujours très appréciés aujourd'hui.
    Son album suivant, "Arthur Guinness", enregistré en 2002, fut le disque officiel du "Guinness Irish Festival" qui se déroule chaque année en Valais. Et le groupe s'enrichit de BigDave Unitt, au bodhran et Pascal Schlatter (un des étudiants de Sam) à la guitare et accompagnement voix.
    En 2003, Sam écrivit les paroles de 4 chansons pour le second album de Bonny B, dont la chanson titre "If This Is Life".
    Une nouvelle violoniste, Hélène Conrad, rejoignit son groupe et la prestation du groupe au Forum de Meyrin en 2002 peut être suivie sur le DVD réalisé ce soir-là, avec Little Dave à la basse (encore un étudiant de Sam) et Frank Engler à la batterie.
    En 2006, Sam mit sur pied la comédie musicale "Like The Wind", qu'il avait écrite quelques années auparavant et qui dormait dans ses tiroirs ; elle fut présentée dans le cadre des Concerts des Marronniers, en présence de la mère et des soeurs de Sam, venues spécialement d'Irlande et d'Angleterre.
    En 2008, Sam sortit une collection de ses chansons sous le titre "Play It Again Sam".
    En été 2009, Sam retourna dans le quartier de sa jeunesse, Ballyfermot, pour s'y produire pour la toute première fois , accompagné de Jacques Van der Val et de Francie Conway.
    Mars 2011: Sam sort son dernier album "Fairy Tales", un pur produit rock&roll, réalisé en étroite collaboration avec Lucien Granges. Leur premier concert, entourés du batteur Olivier Quinche et du bassiste Pascal Schlatter a lieu le 17 mars 2011 (St-Patrick's Day) au Dublin's Old Irish Pub de la Chaux-de-Fonds.
    Le titre "Dublin's Irish Pub" a été écrit pour ce célèbre pub de la Chaux-de-Fonds (en Suisse).

     

    LE FILM - (1h05min en HD)
    Filmé le 7 Juillet 2012 à la place des maronniers à Nyon (VD/Suisse)

  • Requin Marteau

     

    En attendant John Petterson pour son reportage sur New York, il a beaucoup de travail et quelles impodérents, je vous propose notre film sur l'expédition en Égypte en 2008 en collaboration avec Iliana

    Antoniali qui fut notre caméraman et qui à figer cette belle aventure. 


    Vous y verrez que même en Égypte l'on voit un peu de tout. Il faut juste un peu de chance.

    Pour cela nous somme aller dans un endroit bien charmant, à Naama Bay à l'hotel Oonas qui a un Club de plongée.


    Bon film.

  • Slalom de Biere 2015
     
    Voilà le film en HD et les photos (6016x4016) sont en ligne.
    Vous pouvez juste voir et vous régalez le film ou les photos ou nous aidez pour la version 2016 qui sera plus intrusive. Question de budget donc de prises de vues.
    Le travail effectué est celui d'une seule personne présentante lors du dimanche 28 juin.
    N'hésitez pas à faire passer le message dans vos réseaux sociaux ou entre amis et clubs.
    Bon surf à tous et rendez-vous peut-être à l'édition 2016 du slalom de Bière.
     
    Le film en HD 

    Les photos (6016x4016)..

  •  

    Entre vols de matériels et délinquance, les actes malveillants se multiplient sur les chantiers. Conséquences ? Un préjudice financier, évidemment, mais aussi des retards et des problèmes de réapprovisionnement. Heureusement, pour réduire les risques, il existe une solution fiable et abordable : la vidéosurveillance.

    Des caméras de surveillance conçues pour l'extérieur

    Pour protéger un chantier, on choisira de préférence des caméras d’extérieur (résistante aux intempéries), pouvant filmer la nuit (infrarouge) et fonctionnant sur batterie ou avec l’énergie solaire. Si aucune connexion Wifi n’est envisageable sur le chantier, il est possible d’opter pour une caméra GSM qui permet de recevoir directement les images de vidéosurveillance sur un smartphone voire pour une caméra avec connectivité Internet par satellite.


    Certains prestataires proposent également des systèmes d’alarme anti-intrusion ainsi que des bâches ou panneaux dissuasifs (notification de la présence d’un dispositif de sécurité).
    Dissuasion, réduction des vols, analyse visuelle des intrusions

    Installée sur un chantier, dans un entrepôt ou un hangar, la vidéosurveillance a plusieurs avantages :

    • Amélioration de la sécurité du personnel
    • Optimisation de la productivité (visualisation des activités et process)
    • Protection des locaux sensibles ou isolés
    • Lutte contre le vandalisme
    • Réduction des déplacements inutiles
    • Supervision de plusieurs chantiers à partir d’un seul site

    Le visionnage des images de surveillance peut se faire sur un ordinateur ou sur un smartphone, en direct ou en relecture. Les caméras peuvent aussi être reliées à un centre de vidéogardiennage (par Wifi ou 3G) qui visionnera les images en direct, 24h/24.


    Notez que les caméras de vidéosuveillance sont réutilisables pour la surveillance du chantier suivant.

    Un exemple de surveillance de chantier pendfant 3 mois seconde par second